Génération no future ou nouvel avenir ?

Julie Pasquet et Caroline Mouille étaient nos invitées dans l'émission ENGAGE Calls, mardi 4 mai 2021.


Étudiantes et engagées, elles nous parlent dans cette interview des diversités des moyens d’actions, des caractéristiques d’un engagement dans la transition écologique pour cette nouvelle génération, des difficultés rencontrées dans le contact avec des institutions frileuses ou qui promeuvent les politiques des petits pas… Ce fut aussi le temps pour parler éco-anxiété, émotions et partager nos espoirs et motivations dans cette lutte si prenante. Génération no Future ? Oui, mais on continue de créer, combattre et rêver d’un monde de demain plus beau, durable et en connexion avec le vivant.


Au programme :

- Le récap' l Le replay de son intervention accompagné d'une synthèse

- Pour aller plus loin... l Des ressources pour approfondir les sujets abordés



🎙Écouter le replay de l'émission en format podcast


Les formes multiples de l’engagement de la jeune génération

> Un engagement éminemment politique puisqu’ils et elles questionnent nos choix de société et la façon dont nous voulons vivre ensemble.

> Un engagement existentiel né d'une colère qui engendre un désir d'apprendre, de comprendre et de remettre en question les modèles actuels.

> Un engagement qui ne cesse de croître et impacte leurs cercles d’influence personnels et professionnels.


Une opposition intergénérationnelle infondée

Une quelconque forme de conflit entre les générations est une erreur. Les leviers d'action sont différents. Ce sont toutes les générations, réunies, avec des niveaux de responsabilités différents, qui doivent agir ensemble. Il n’y a pas un seul moyen d’action, c'est leur combinaison qui démultipliera l'impact.


Un principe fondateur : la collaboration

Un mode de gouvernance collectif et partagé est central dans leur engagement : ils et elles l’incarnent concrètement dans les modèles d'organisation de leurs associations. Leur mot d'ordre : la collaboration et la concertation.

Les étudiant.e.s sont extrêmement nombreux et nombreuses à être en dissonance cognitive, à douter, à se poser des questions, à se sentir perdu.e.s et extrêmement seul.e.s. Une solution ? S'appuyer sur la force du collectif pour trouver une oreille attentive, réfléchir et agir ensemble.


L’adaptabilité au coeur de leurs modes de vie

La prise de conscience des enjeux environnementaux et écologiques semble s'opposer à la notion même de plan de carrière, de projection. Leur rapport au temps est totalement bouleversé. Leurs mots d'ordre : l'adaptation, la réactivité, le multitasking.


La nécessité de créer de nouveaux récits, de nouveaux imaginaires

C'est bien d'une révolte culturelle qu'il s'agit. Mais toute révolte pour être efficace nécessite des stratégies claires et efficaces. Les mouvements de mobilisation n'ont certainement pas été assez efficients dans ces domaines ces dernières années. Il faut réussir à définir des stratégies très précises à moyen, court et long termes avec des objectifs quantifiables qui permettront d'apporter des microvictoires de façon continue. Ce sont ces progrès qui permettront de nous réconcilier avec le futur, d'apporter de nouveau de la joie et de l’optimisme.



📄 Ubsek & Rica : Le militantisme est-il l'apanage de la jeunesse?


📄 Le Monde : Les entreprises bousculées par des jeunes en quête de sens


✊ Action : On est prêt


✊ Signer : Pour un réveiller écologique