Réparer le bug humain

Sébastien Bohler était notre invité dans l'émission ENGAGE Calls, mardi 18 novembre 2020.


Journaliste scientifique, docteur en neurobiologie et auteur du best seller "Le Bug Humain" et d’ "Où est le sens", explore le fonctionnement du cerveau, qui a certes permis la survie et le formidable développement de notre espèce, mais pourrait bien aujourd'hui causer sa perte. Saurons-nous dépasser nos besoins primaires et court-termistes, de nourriture, de statut-social, de sexe, d’information, pour inventer des modes de vie plus sobres et résilients? La quête de sens peut-elle constituer une réponse à ce bug à l’heure du numérique? Nous avons pris collectivement conscience du danger environnemental, et pourtant nous n’agissons pas! D’où vient ce bug? Pouvons-nous nous transformer pour enfin nous mettre en action?


Au programme :

- L'article l Une interview de notre invitée

- Le récap' l Le replay de son intervention accompagné d'une synthèse

- Pour aller plus loin... l Des ressources pour approfondir les sujets abordés



Votre premier livre ‘Le Bug Humain’ sorti en 2019, fait le constat d’un écart entre notre prise de conscience des risques climatiques et notre incapacité à changer et à se mettre en action. D’où vient ce gap ?


Il est lié au fait que notre cerveau n’est pas un organe homogène. Avant l’essor du cortex qui est relativement récent à l’échelle de l’évolution, d’autres zones étaient déjà très puissantes, notamment le striatum, qui est la source des motivations et nous récompense en libérant de la dopamine lorsque l’on réalise certaines actions. Et c’est bien cette dopamine qui dirige nombre de nos décisions. On a donc d’un côté le striatum, la machine à désirs, et de l’autre notre capacité à conceptualiser avec le cortex, la partie qui nous fait réfléchir, nous projeter, planifier et faire preuve d’abstraction.


Lire la suite

🔽🔽🔽🔽



Réparer le bug humain - Sébastien Bohler


🎙Écouter le replay de l'émission en format podcast


Au cœur de notre cerveau, un petit organe appelé striatum régit depuis l’apparition de l’espèce nos comportements. Il a habitué le cerveau humain à poursuivre 5 objectifs qui ont pour but la survie de l’espèce : manger, se reproduire, acquérir du pouvoir et du statut social, acquérir le plus d’informations possible tout en faisant le moins d’efforts possible.


Le problème ? Le striatum est aux commandes d'un cerveau toujours plus performant qui accède à des outils puissants (les technologies par exemple) et réclame toujours plus de récompenses pour son action. Ce fonctionnement du cerveau est à l’origine de nos problèmes actuels de surconsommation qu’il s’agisse de nourriture, de sexe ou d’information (sur les réseaux sociaux ou les chaînes d’information en continu). Ce sont autant de décharges de dopamine qui nous viennent du fond des âges et que nous recherchons donc de façon spontanée et en permanence.

📍 Quelles sont les solutions ?

L’augmentation de la conscience. La quantité de plaisir est plus grande avec une conscience augmentée. Cette capacité peut, par exemple, être augmentée avec des exercices de méditation.

L’éducation et la connaissance. Le striatum s’active et libère aussi de la dopamine lors de l’apprentissage et de la transmission de savoirs.

Le développement des comportements altruistes. Il a été scientifiquement prouvé que lorsqu'on décide de partager, on libère de la dopamine et on reçoit donc du plaisir.

La recherche du sens. Lorsque le cortex cingulaire constate un accord entre les valeurs et les comportements concrets, le cerveau entier fonctionne sur un mode beaucoup plus apaisé.

Une nouvelle norme sociale pourrait donc être la clé à condition, bien sûr, qu'il s'agisse du discours dominant.




📄 Carbone 4 : Faire sa part ? Pouvoir et responsabilité des individus, des entreprises et de l'état face à l'urgence climatique


📄 L’article d’Usbek&Rica : Pourquoi l’humanité ne réagit pas alors qu’elle court à sa perte?


📙 Le podcast de Métamorphose : Quel sens à notre vie?


👊 Alexis Klein : La Fresque des nouveaux récits