Diana Filippova était notre invitée pour la seconde émission de la saison 3 de Manifeste, mardi 23 novembre 2021.


Femme politique, conseillère de la Maire de Paris, écrivaine, Diana Filippova revient dans cette émission sur l'état de nos démocraties et les pistes à privilégier pour les réinventer.


Au programme :

- Le quiz l Testez vos connaissances !

- Le récap' l Le replay de son intervention accompagné d'une synthèse

- Pour aller plus loin... l Des ressources pour approfondir les sujets abordés

- Passer à l'action l Des propositions pour vous engager concrètement






🎙Écouter le replay de l'émission en format podcast



Définissons les nouvelles formes de démocratie.

La multiplication des définitions ces dernières années reflète déjà une méconnaissance de notre modèle actuel. Plutôt que des définitions très scolaires, je trouve intéressant de mettre en avant les questions soulevées par chaque terminologie :

  • La démocratie participative interroge la place du citoyen et de la citoyenne dans le processus de décision. Comment sa participation s’exprime ? Par le vote ? La voix ? La délibération ?

  • La démocratie délibérative, elle, replace l’échange, l’être ensemble, le vivre ensemble au coeur du modèle. La délibération se place au fondement de la démocratie et a pour outil principal le langage, le discours.

  • La démocratie directe ou indirecte concerne le rapport des citoyens et citoyennes au pouvoir. Le pouvoir dans une société démocratique est son achèvement et en même temps ce qui la contrarie fondamentalement : l’atteinte d’une inégalité pour qu’elle puise justement fonctionner.

  • Enfin, la démocratie liquide vient du concept de société liquide développé par Zygmunt Bauman. C’est une question complexe qui concerne le côté technocratique de la démocratie. L’idée serait que certaines de nos caractéristiques soient transférables (exemple du droit de vote).

Au lieu de nous plonger aujourd’hui dans la question philosophique et politique de la démocratie nous avons une obsession pour ces mécanismes. Nous ne devons pas nous perdre dans cette technique de la démocratie qui nous détourne de l’essentiel : pourquoi la démocratie est en difficulté aujourd’hui et comment faire pour la réinventer ?



Réconcilier les points de vue et remettre la délibération au coeur du modèle.

Ces dernières années en France il y a eu plusieurs exemples de pratiques démocratiques comme l’introduction du budget participatif à Paris ou la Convention Citoyenne pour le Climat même si elle n’a pas abouti. Personnellement, je la considère comme un échec dans sa phase délibérative. Aujourd’hui le pouvoir n’accepte la démocratie que dans la mesure où elle approuve plus ou moins les décisions qu’il prend. Nous sommes dans une sorte de plébiscite.

Les réseaux sociaux, qu’on accuse en partie de la défaillance de notre modèle, sont aussi un lieu de conflit mais qui n’est pas institutionnalisé. À l’inverse donc, tout désaccord provoque une violence extrême qui ne conduit pas à une décision précise mais à un divorce définitif, à une séparation.

Ce ne sont pas les réseaux sociaux qui ont rendu la réconciliation impossible, ils l’ont amplifié certes mais il y a surtout quelque chose de brisé dans notre vision et notre compréhension du monde. Nous vivons la disparition d’un monde physique commun et le lieu symbolique vide de pouvoir n’existe plus, nous sommes dans des échanges où seul le pouvoir, seul le clash prévalent.


La disparition des corps intermédiaires.

La destruction des corps intermédiaires dont on s’inquiète aujourd’hui n’est pas si forte en réalité et la crise n’est pas récente. Depuis les années 70, les syndicats ont constamment étaient en crise, mais cette destruction n’en est pour autant pas naturelle, il ne s’agit pas du sens de l’histoire. Cette crise est un refus des élites à se reposer sur des corps intermédiaires pour pouvoir passer certaines décisions plus rapidement. C’est la disparition organisée d’une certaine démocratie délibérative qui est considérée comme un obstacle aux personnes au pouvoir.

La démocratie est une idée scandaleuse. C’est une révolution permanente qui est à la fois célébrée et ne cesse de surprendre par la radicalité qu’elle porte. Elle est scandaleuse car elle nous mets sur un pied d’égalité et est contre l’autorité dans un espace temps donné (vote, débat, délibération). C’est difficile à supporter pour celles et ceux qui considèrent que le pouvoir implique une forme de supériorité. Les décisions prisent démocratiquement ont pourtant tendance à être considérées comme mauvaises. On rejète la faute sur le peuple, la masse parfois en des termes très péjoratifs qui ont tord, qui sont moins éduqué.e.s qu’auparavant, etc. En réalité, il n’y a pas de bonne ou mauvaise décision prises, il n’y a que des décisions démocratiques.

Si vous étiez présidente, quelles seraient les mesures prioritaires que vous prendriez ?


1. Redonner une place de choix aux Parlements. À l’Assemblée mais aussi à toutes les échelles territoriales dans lesquelle il y a des représentant.e.s élu.e.s du peuple. Une multiplicité d’échanges dans la diversité.


2. Passer le vote à 16 ans en redonnant le pouvoir à celles et ceux qui vont hériter de cette Terre. Un rajeunissement de l’électorat permet aussi des changements et une certaine radicalité. C’est certes un risque mais cela fait partie de la démocratie.


3. Inverser la logique de séparation à plusieurs niveaux : entre celles et ceux qui décident et obéissent, entre les territoires, entre les classes sociales qui a créé une frange de la population qui se sent en marge.





🤝 Le budget participatif - Ville de Paris


🤝 La Convention Citoyenne pour le Climat


📙 La vie liquide - Zygmunt Bauman, éditions Pluriel


📙 Le temps présent - Claude l’effort


📙 La haine de la démocratie - Jacques Rancière


📙 Premiers dialogues - Platon


📙 Le peuple contre la democratie - Yasha Mounk


📙 Technopouvoir - Diana Filippova



🔸 Citizens.

Une application de démocratie participative qui permet aux citoyen.ne.s de correspondre facilement avec les services de leur collectivité afin de signaler une dégradation au sein de l’espace public ou de suggérer des idées pour améliorer la vie quotidienne dans votre métropole.


🔸 Pétition Sénat.

La plateforme e-pétitions permet de déposer une pétition adressée au Sénat ou de soutenir une pétition déjà publiée. Les pétitions ayant recueilli au moins 100 000 signatures dans un délai de 6 mois sont transmises à la Conférence des Présidents qui peut décider d’y donner suite.


🔸 La Primaire populaire.

Pour l’élection présidentielle 2022, la primaire populaire proposera une candidate ou un candidat de rassemblement aux millions de Français et Françaises qui souhaitent élire en 2022 un président ou une présidente dont la priorité sera l’urgence sociale et climatique.


🔸 Open Governement Partnership.

En 2011, des dirigeant.e.s politique et des défenseur.se.s de la société civile se sont réunis pour créer Open Government Partnership, une organisation de réformateur.rice.s à l'intérieur et à l'extérieur du gouvernement travaillant à transformer la façon dont le gouvernement sert ses citoyen.ne.s.